Raccoon Ski : Des ressources au service d’une passion

Nouvelle

Texte par Catherine S Beaucage, HEC Montréal

Voici une histoire de succès hors du commun. Découvrez l’histoire de Jonathan Bourgeois, qui a transformé une presse à armoires en une presse à ski, pour lancer une nouvelle entreprise fondée sur ses passions!

Fondé en 2009, Raccoon Skis prend de plus en plus de place dans l’industrie du ski au Québec. En 2015, l’entreprise produisait 500 paires de skis par année et employait trois personnes à l’année et jusqu’à dix personnes en haute saison. Retournons en arrière pour comprendre l’histoire de cette entreprise née grâce à Fabritec, le plus grand producteur d’armoires au Canada.

 

Fondée en 1983 par Clovis et Yvette Bourgeois, Fabritec est née dans le sous-sol de la maison familiale. Au fil des années, Fabritec est devenu un acteur majeur dans la fabrication d’armoires en vendant à de grands joueurs tels que Home Depot et Lowe’s. C’est en 1994 que Jonathan Bourgeois, après avoir fait quelques mois d’université, décide de joindre l’entreprise familiale et prend en charge, peu de temps après son arrivée, le volet des ventes.

 

Dans les années 90, Fabritec possédait une presse pour fabriquer les portes d’armoires rondes, très tendance à l’époque. Force est de constater qu’au tournant des années 2000 cette mode devient dépassée et la presse est reléguée aux oubliettes. Jonathan décide alors qu’il est temps de vendre cette presse qui ne faisait qu’accumuler de la poussière et prendre de l’espace dans l’usine. En discutant avec un courtier, celui-ci lui signifie qu’il venait de vendre le même type de presse à un fabricant de planches à neige. En effet, Jonathan apprend que les plus grands fabricants de skis et de planches à neige utilisaient ce type de machinerie pour la fabrication de leurs produits. Passionné de ski alpin, Jonathan saute sur l’occasion et décide de garder la presse et de se lancer dans une nouvelle aventure. Fébrile, il communique avec son grand ami, Sébastien Moquin, avec qui il a skié toute sa jeunesse. Celui-ci comptait alors dix ans d’expérience en génie mécanique et était propriétaire d’une boutique de vélo à Outremont.

«Une bonne journée, je suis au travail et je reçois un coup de téléphone. C’est mon ami Jo qui me dit : Lâche ta job, on va faire des skis!»
– Sébastien Moquin

Sébastien croit alors que son ami blague, mais celui-ci se laisse convaincre et se lance avec Jonathan dans l’aventure Raccoon. Selon Sébastien, une des forces de Raccoon se trouve dans la machinerie utilisée dans la fabrication des skis. «Sans la machinerie industrielle, ce n’était pas envisageable. Jonathan (avec Fabritec) avait tout cela. Je crois qu’il est mieux équipé que n’importe quelle société de skis européenne» dit-il.

 

En plus de la machinerie, Fabritec détient la matière première utilisée dans la fabrication des skis Raccoon, le bois. En effet, en plus d’être le plus grand fabricant d’armoires du pays, Fabritec est un des plus grands acheteurs de bois au Canada.

«Chacun des skis (Raccoon) est fait à partir d’un noyau de bois. C’est le cœur du ski. Toute la torsion, la tension, c’est le bois qui la transmet au ski. On n’utilise que de l’érable, et rien ne peut remplacer ça.»
– Jonathan Bourgeois

C’est donc l’accès à la matière première qui est le bois et l’accès à la machinerie qui permet à Raccoon Ski de proposer un produit équivalent à celui des grandes compagnies de l’industrie. Les prochaines années sont prometteuses pour l’entreprise québécoise. Elle développe sa gamme de produits en tenant compte des tendances du marché et vise l’international. L’objectif de Raccoon, être partout où il y a des montagnes!

 

Connaissez-vous quelqu’un qui a optimisé des ressources de son entreprise pour saisir de nouvelles opportunités? Partagez avec nous!

 

Sources :
http://www.lesaffaires.com/strategie-d-entreprise/vente-et-marketing/skis-raccoon-vise-toutes-les-montagnes-du-monde/576161/2
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/economie/2015/01/19/001-raccoon-ski-quebesois-portrait.shtml
http://www.cartesvirtuelles.canoe.ca/argent/asurveiller/madeinquebec/archives/2015/01/20150112-103832.html
Entrevue faite dans le cadre des Médaillés de la relève réalisée par Catherine S Beaucage et Colette Vanasse de HEC Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *